25 octobre, 2005

La traversée d'un paysage


La fenêtre de la rame s’ouvre sur des visions fugaces de villes du bout du monde.
Soudain, pour le passager plongé dans l'obscurité du tunnel surgit cette vision inattendue : la fenêtre aveugle de la rame lancée à pleine vitesse s’ouvre sur des visions fugaces pleines de couleurs et de mouvement.
Et très vite la surprise visuelle colorée laisse place à la découverte d'un ailleurs aussi inattendu que lointain : le paysage vivant d'une autre ville apparaît dans sa profondeur et son mouvement.
Quelques secondes, le temps d'un flash, une autre cité nous offre son univers si dépaysant.
A la sensation physique du déplacement réel vient alors s'ajouter le mouvement et la profondeur de ces visions photocinétiques surgies du bout du monde comme autant de fenêtres dans l'espace et le temps.